Les lauréats du prix Rory Peck montrent que le vrai journalisme n’est pas mort